Copie de Sans titre (1)

đŸŽ„ Nos conseils sur l’employer branding : #2 – Isabelle Moulart

AprĂšs avoir vu les bases avec Johan Claes, c’est au tour d’Isabelle Moulart de nous donner ses conseils sur l’employer branding. Isabelle est planneur stratĂ©gique pour l’agence de branding Hoet&Hoet. Son job consiste Ă  construire des marques commerciales. Isabelle nous explique le lien qui existe entre la construction d’une marque commerciale et l’employer branding.

Quelle est la diffĂ©rence entre la marque employeur et l’image de marque classique ?

 

C’est tout aussi important et on retrouve le mĂȘme cheminement. Aujourd’hui, il y a un beaucoup de marques et d’entreprises. Ce qui est important, c’est de faire rayonner ses valeurs tant au niveau du produit que de la culture d’entreprise pour arriver Ă  avoir le bon « match » entre la marque et son public. Le public peut ĂȘtre composĂ© de consommateurs ou de futurs employĂ©s qui vont faire vivre la marque.

 

Quelle est l’importance de la marque employeur ?

 

C’est comme pour une marque classique. C’est important d’Ă©merger, de crĂ©er une bonne image pour attirer les meilleures personnes ou garder les meilleures profils au sein de son entreprise. Le capital humain est primordial pour une entreprise et il est crucial d’avoir les bonnes personnes au sein de l’Ă©quipe.

 

Quelques conseils ?

 

Ce sont les mĂȘmes conseils que pour construire une marque commerciale.

Tout d’abord, il faut ĂȘtre centrĂ© sur l’utilisateur. Ce n’est pas un consommateur mais un travailleur. Il est important de rĂ©flĂ©chir Ă  la place qu’il occupe et de faire preuve d’empathie par rapport Ă  ses aspirations et Ă  ses attentes.

Ensuite, il faut ĂȘtre sincĂšre et authentique. Un consommateur ou un employĂ© n’est pas dupe. Il a un certain niveau d’information. Il faut donc parler avec sincĂ©ritĂ© et authenticitĂ© de ce que l’on fait, de ses valeurs et de sa culture d’entreprise. Il ne faut pas faire de « fake branding », ni pour une marque ordinaire, ni pour l’employer branding.

Enfin,  je conseillerais de faire du « storydoing » avant de faire du storytelling pour avoir des choses intéressantes et différenciantes à raconter.

 

Le « storydoing », c’est quoi ?

 

Faire du « storydoing » ce n’est pas juste baratiner et embellir les choses. C’est avant tout initier des activitĂ©s de marketing au sein de l’entreprise qui permettent d’avoir une bonne motivation et une bonne implication de tous les membres de l’Ă©quipe.

 

Merci Isabelle pour ton partage d’expĂ©rience !