avenir des RH

Au bureau ? A la maison ? Mon coeur balance !

S’écouter, s’entendre. Des entreprises qui appellent au retour au bureau, des collaborateurs qui freinent. Amélie Alleman, Founder, Betuned, analyse la situation.

° Au bureau, encore ? Le travail hybride bute sur ce retour. Au coeur du recrutement via la plateforme Betuned, qu’observez-vous ?

« Dans leur majorité, les entreprises essaient de faire revenir au bureau leurs collaborateurs. Pas toujours avec succès… L’heure est plutôt à l’hybridation, entre la nécessité d’un retour sur place pour maintenir des interactions sociales et la sanctuarisation de périodes de travail à distance… Mais c’est difficile. Les entreprises ont bien compris qu’elles ne pourront imposer à leurs collaborateurs de revenir tous les jours et certaines ont très dur à trouver le bon compromis !

« Il est vrai que nombre d’organisations avaient trouvé une certaine harmonie avec le télétravail; aujourd’hui, il leur faut trouver une harmonie dans un mixte présentiel-télétravail. »

° Est-ce vrai dans toutes les organisations ? Les plus petites ne sont-elles pas les sensibles au principe d’hybridation ?

« Oui… et non. Il est sûr que les start-up sont plus sensibles à développer les techniques de travail hybride, qu’elles pratiquaient déjà -pour la plupart- avant la crise sanitaire. De la même façon, parce que mieux structurées, les plus grandes entreprises sont en mesure de repenser leur organisation en tenant compte de l’essor du télétravail. Ce sera plus difficile, en revanche, pour les petites et moyennes entreprises. Il leur faut repenser le travail. Un vrai souci, souvent par manque de ressources… »

Bureau… risque de régression

° N’est-ce pas aussi une affaire de culture ?

« Dans les organisations où le sentiment d’appartenance, l’expression de la reconnaissance et la créativité sont les plus forts, le télétravail s’est en général mieux passé. On a écouté les collaborateurs et pris leur situation individuelle en considération. Ensuite, on a construit avec eux des solutions hybrides adaptées à leur réalité et leurs besoins. Ailleurs, le discours peut être différent. J’entends souvent parler de collectif, de la nécessité de le retrouver. »

« Pour moi, la culture va plus loin. Les entreprises ont intérêt à écouter les besoins des collaborateurs : équilibre entre vie privée et vie professionnelle, bien-être et flexibilité des horaires et mise à disposition d’outils et de technologies adaptés au fonctionnement virtuel… Sans quoi, je le crains, le retour au bureau ‘d’avant’ risque d’être vécu comme une régression. »

Le concept du ‘Work From Anywhere’ séduit de plus en plus

° On en revient toujours à la question du télétravail

« Indéniablement. Si le télétravail imposé et généralisé a pu peser sur certains salariés ces derniers mois, plus de la moitié le choisiraient comme le principal avantage -hors rémunération- que pourrait leur accorder leur employeur. C’est ce que nous ressentons chez BeTuned. Diverses études vont dans le même sens. Une large majorité des employés souhaite un équilibre allant d’un à trois jours de télétravail par semaine.

« Enfin, cette évolution se traduit dans le désir inédit, exprimé par de nombreux collaborateurs, de se relocaliser. Et donc, indirectement, d‘éviter le plus souvent les déplacements. En particulier les collaborateurs avec des jeunes enfants qui vivent hors des grandes villes et pour qui les déplacements peuvent être contraignants et fatigants…

Désormais, le travail ne se conçoit plus entre quatre murs. Le monde entier est devenu espace de vie et de travail, sans barrière ni frontière. Loin de cette unité de temps et de lieu qu’imposait avec rigidité le bureau traditionnel, le concept du ‘Work From Anywhere’ séduit de plus en plus. »

Cohésion, facteur d’engagement

° La quête de sens ne passe-t-elle pas par la reprise du contrôle sur son travail, ses horaires et ses conditions de vie ?

« Oui. Aussi, la première préoccupation est comment manager une équipe hybride, c’est à dire dans laquelle certaines personnes seraient à la maison et d’autres au bureau. De nombreux managers expriment en effet des difficultés à l’idée de gérer un groupe présent au bureau et un groupe extérieur, en télétravail. »

° Quelles conséquences pour le recrutement ? Et pour l’onboarding ?

« Qui dit recrutement dit forcément intégration dans l’entreprise. L’onboarding distancié a connu une grande accélération qui pourrait permettre une vraie transformation de cette étape dans les entreprises. Il oblige à instaurer des systèmes plus exigeants qui améliorent la qualité des relations lorsqu’elles redeviennent physiques. »

« Il convient donc mettre en place des actions concrètes pour renouer ce sentiment d’appartenance. Et, pour ce faire, définir les actions et projets nécessaires pour permettre aux collaborateurs de recréer du lien, renouer la confiance afin d’être en mesure de remobiliser tout le monde. N’oublions pas que les salariés sont ressortis démotivés de cette longue période de crise Covid. Or, la cohésion d’équipe est un formidable vecteur d’engagement et de performance, il ne faut surtout pas la négliger. »

Cette interview a été réalisée par Alain de Fooz, rédacteur du magazine Solutions Magazine. Retrouvez le, ainsi que tout une série d’articles liés à la transformation digitale sur leur site, www.solutions-magazine.com.