the new trends in HR

Anne Cambier : bilan après 2 semaines de confinement !

Anne Cambier, CEO chez Q7 Leader, nous parle de son expérience : le positif, les angoisses, l’équilibre vie privée – vie professionelle, comment réduire le temps de travail et pour quels profils ? … Un excellent témoignage remplit d’authenticité et de bienveillance.

DRH - Le bilan après deux semaines de confinement !

Bonjour, je suis Anne Cambier, CEO chez Q7 Leader. Un premier bilan après 2 semaines de confinement.

Tout d’abord un bilan assez positif !

 

 

L’activité clients, qu’on pensait complètement éteinte, on l’a récupérée un petit peu autrement. Ça nous permet de maintenir une belle dynamique.

 

L’innovation de la créativité, d’entrée de jeu on avait redéfini nos priorités mais chaque matin une nouvelle idée fait son petit bonhomme de chemin, on la prend, on la développe, on la cultive. Donc beaucoup de dynamisme qui vient de ce côté-là.

Et puis, troisième point très positif, c’est la dynamique d’équipe. On a tous nos coups de boost, on a tous nos coups de blues mais on se serre les coudes et on est plus unis que jamais.

 

 

Des angoisses ? Oui, bien sûr, on en a !

 

La première angoisse c’est la cash, on ne va pas se leurrer. On est une petite structure, donc on se doit d’être très prudents parce qu’on a aucune perspective de temps.

Et la deuxième angoisse, c’est l’équilibre vie privée / vie professionnelle et la fatigue qui est engendrée par un rythme de vie qui est parfois très compliqué pour certains d’entre nous. Et puis être en téléconférence toute la journée ça demande beaucoup d’énergie.

 

 

Comment est-ce qu’on a donc décidé de faire ?

 

On a décidé de réduire le temps de travail. Là s’est posé la question de sur quelle base et à qui allait-on demander de réduire le temps de travail ? Est-ce que c’est une question de statut employé VS externe ? Est-ce que ce sont les fonctions customer facing qu’on privilégie par rapport aux fonctions de support ? Est-ce que c’est l’ancienneté qui prime ? Nous avons quand même deux personnes qui ont commencé une semaine avant le début du confinement.

Et bien nous on a décidé qu’on allait passer à travers ça tous ensemble parce que c’est l’équipe, ce sont les talents de l’équipe et c’est la dynamique d’équipe qui sont notre force.

Et donc on a réduit collectivement notre temps de travail de 40% en se mettant, bien entendu, des plages horaires communes de manière à pouvoir garder cette belle dynamique d’équipe.

 

 

Bonne décision ? Mauvaise décision ? L’avenir nous le dira ! À bientôt !

 

Merci Anne pour ton témoignage !