avenir des RH

La FABI met en avant les femmes ingénieures

La FABI et Betuned lancent un partenariat dans le but de mettre en avant un certain nombre de rôles modèles féminins dans les métiers de l’ingénierie. Découvrez cette première capsule en compagnie de Chloé Ponsart, ingénieure civile en électricité et cofondatrice et gérante de Sensorea.

Bonjour Chloé, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis Chloé Ponsart, je suis diplômée ingénieure civile en électricité depuis 2019 et je suis co-fondatrice et gérante de la société SENSOREA à Mons.

Pourquoi avez-vous entamé des études d’ingénieure ?

En rhéto j’aimais beaucoup les sciences et les maths et j’étais très intéressée par la technologie. C’est pourquoi j’ai eu envie de me lancer là-dedans. C’était un métier technique qui me plaisait, en tout cas qui m’attirait.

Parlez-nous de votre métier d’ingénieure ?

J’ai commencé dans une boite de monitoring énergétique où je faisais de l’optimisation énergétique, de la programmation et des choses ainsi. Et maintenant que je suis gérante je fais de la gestion d’équipes et de la gestion de projets.

Je gère toujours le monitoring et l’optimisation énergétique de mon entreprise. J’ai donc gardé un côté très technique auquel j’ai ajouté le côté humain et gestion d’équipe qui me plaît énormément.

Rencontrez-vous des difficultés en tant que femme ingénieure ?

En tant que femme ingénieure au quotidien je n’ai pas vraiment rencontré de limites dans mon métier. J’ai bien reçu quelques remarques graveleuses mais jamais rien de bien grave, et une fois qu’on les recale un petit coup cela se passe mieux.

Je dirais que mes limites sont plutôt dans ma vie de femme au quotidien que dans ma vie de femme ingénieure.

Auriez-vous des conseils pour celles qui hésitent à se lancer dans ces études ?

Je pense qu’être actuellement une femme ingénieure n’est pas bloquant, en tout cas dans ce que j’ai vécu au quotidien et il ne faut pas hésiter à se lancer. C’est une super aventure, ça m’a donné énormément de confiance en moi au quotidien et des très belles opportunités.

Je pense que les métiers techniques sont de plus en plus ouverts aux femmes. On est assez bien accueillies et on y trouve vraiment notre place, en tout cas ça a été mon cas et je m’épanouis au quotidien dans mon travail. N’hésitez pas à vous lancer, je pense que vous serez très bien accueillies dans le milieu !

Nous remercions Chloé pour son témoignage et espérons qu’il pourra inspirer plus d’une femme à suivre cette voie et entamer des études dans l’ingénierie.

Si ce contenu vous a plu, n’hésitez pas à consulter nos nombreux autres articles, notamment sur le métier d’ingénieur ou encore sur l’avenir des femmes dans ce secteur !