L'amour au travail

L’amour au travail, c’est possible ?

Aaaah l’amour… Un sentiment déjà bien compliqué lorsqu’il se présente à nous de manière inattendue. Mais il le devient encore plus quand l’amour éclate sur son lieu de travail. Amourettes passagères ou vraies rencontres qui changent une vie, l’amour au travail est encore tabou pour certains. Nos témoins du jour nous racontent la rencontre qui est venue bouleverser leur quotidien.  

 

Caroline, 40 ans, et Marc, 43 ans, se sont rencontrés sur leur lieu de travail. « Marc a été engagé peu de temps après moi », explique Caroline. À force de se côtoyer, les sentiments sont peu à peu apparus. « La concrétisation s’est faite quelques années plus tard lors de la fête annuelle. J’ai fait des avances auxquelles il a répondu. C’était plus facile dans un endroit neutre. Je n’aurais pas pu faire ça sur mon lieu de travail. Je trouvais cela inapproprié. ».

« Quand la relation est sérieuse, je ne vois pas où est le problème. »

 

Si d’habitude, un début de relation ressemble à une romance à la sauce Disney, lorsqu’on croise son âme sœur sur son lieu de travail, la situation se complique quelque peu. « Dans un premier temps, la discrétion était de mise », ajoute Marc. En effet, il ne fallait pas mettre la charrue avant les bœufs. « Il a fallu que l’on se pose les bonnes questions, car nous sommes amenés à nous croiser quotidiennement ». Et la fin de la relation doit déjà être envisagée dès le début. « Comment fait-on si on se sépare ? Est-ce qu’on arrivera à travailler ensemble ? Comment faire pour que notre relation n’ait pas d’impact sur notre travail ? », sont les questions que Caroline et Marc se sont posés. « Mais ces questions se sont révélées moins importantes que l’envie que nous avions de créer une relation ».

 

Après ces mois de réflexion, l’heure était venue d’officialiser leur couple. « Quand la relation est sérieuse et qu’on veut vraiment construire quelque chose, je ne vois pas où est le problème », soulève Caroline. « Mes collègues proches ont vite compris la situation. Par contre, quand nous avons été sûrs de nous, nous sommes allés voir la direction par souci d’honnêteté ». Et comme pour toute relation, ils ont dû faire face à différentes réactions. « Certains ont été amusés et d’autres ont émis quelques moqueries », raconte Marc. « Beaucoup ont été étonnés, car nous ne montrons rien sur notre lieu de travail », ajoute Caroline. « Nous faisons attention et restons neutre dans les mails que nous nous envoyons. C’est simple, les gens qui ne sont pas au courant ne se doutent de rien parce que nous ne montrons pas grand-chose. »

 

L'amour au travail est possible mais avec certaines limites
L’amour au travail est possible mais avec certaines limites

« Je suis tombée amoureuse de mon client. »

 

Caroline et Marc ne sont pas les seuls à être tombés dans ce piège amoureux. Autre histoire d’amour qui a retenu notre attention, celle de Sophie, 26 ans, et Rémy, 29 ans. Ils se sont rencontrés sur leur lieu de travail, un espace de coworking. Sophie a succombé aux charmes d’un de ses clients. « Quand il est arrivé, je ne l’ai pas calculé du tout », se souvient Sophie. Quelques mois et un afterwork plus tard, la situation a échappé au contrôle des tourtereaux. « Après l’afterwork, il m’a envoyé un message et les jours qui ont suivi, il a commencé à me draguer. » Sensible aux charmes de ce nouveau venu, Sophie a finalement succombé à ses avances.

 

Le couple s’est vu plusieurs fois à l’extérieur du coworking. « Il me plaisait mais je ne savais pas comment réagir. » Les mêmes questions ont traversé l’esprit de Sophie :  « Est-ce que j’ai le droit ? Est-ce qu’il y a une politique dans nos boites ? Est-ce que ce n’est pas décalé ? Est-ce que ce n’est pas malvenu ? ». Et c’est vrai qu’en tant qu’office manager d’un coworking, Sophie avait peur du jugement non pas de ses collègues mais des autres clients. « Je ne voulais pas qu’ils pensent que j’allais accorder des passe-droits à la société de mon compagnon. De plus, mon job consiste à aller vers les gens et je ne voulais pas que d’autres personnes intéressées dépassent les limites en pensant que j’étais une fille facile » Et cette relation de proximité avec les autres clients a également posé question. « Il connaissait mon métier. Il sait que je dois aller vers les gens. Il voyait que je rigolais avec des membres … Là aussi, il a fallu certains ajustements.»

 

«  Il faut trouver un équilibre. »

 

Mais comment fait-on pour trouver un bon équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, surtout quand l’amour s’en mêle ? « Il faut mettre des limites », insiste Caroline. « Il ne faut pas que la maison devienne un lieu d’échange sur le travail. Il faut un cadre. Mais,  par contre, on peut aussi discuter et évacuer en sachant facilement de qui ou de quoi on parle. L’échange est plus intéressant mais un peu moins neutre ». Comme dans tout, l’important est de trouver le juste équilibre.

 

Un juste équilibre que Sophie a également dû trouver. «Ma vie privée et professionnelle ne devaient pas se mélanger. Et là, c’était un réel changement. Il fallait que je mette des barrières autant pour moi que pour nos deux sociétés.»

 

On l’aura compris, dans ces deux situations, l’amour a été plus fort que les remarques. Sans regret, nos couples vivent aujourd’hui leur amour au grand jour !

 

L’avis de Betuned ?

 

Peut-on se prononcer en matière d’amour ?

On ne peut que conseiller, comme déjà mentionné par nos interviewés, de veiller à bien encadrer dès de le départ la relation. Prendre le temps d’y voir plus clair. Discuter des conséquences et des limites à se fixer afin de ne pas venir empiéter sur le bon déroulement de son travail au quotidien, sur les conséquences positives et négatives de cette relation sur son lieu de travail. Une bonne communication et une dose de lucidité sur ce qui est ou non à faire permettra d’encadrer ce début de relation au mieux … et on l’espère, une magnifique histoire d’amour !

 

 

 

L’amour au travail en quelques chiffres* :

 

  • Un travailleur sur quatre est déjà tombé amoureux d’un(e) collègue
  • Il existe une différence entre les hommes et les femmes : 33 % chez les hommes sont déjà tombés amoureux contre 19 % chez les femmes
  • L’âge joue également un rôle. Un jeune travailleur de moins de 30 ans sur cinq est déjà tombé amoureux d’un(e) collègue. Ce taux passe à 29% chez les plus de 30 ans
  • L’horeca (39%) et le secteur financier (36%) arrivent en tête !
  • 11 % de l’ensemble des travailleurs ont rencontré leur partenaire actuel grâce au travail

 

*Etude Randstad