work

Pour ou contre la semaine de 4 jours ?

Vous n’êtes certainement pas passé à côté de cette Information qui en fait s’est avéré être une fausse information. Sanna Marin, la première ministre finlandaise, n’entend pas réformer le marché du travail de son pays. Le débat reste toutefois toujours ouvert. Pour ou contre la semaine de 4 jours de travail ? Bonne ou mauvaise idée ? L’heure est venue de clarifier la situation.

 

Actuellement, les travailleurs finlandais sont soumis au même régime horaire que la Belgique. Les Finlandais travaillent cinq jours à raison de huit heures par jour. Un changement de 5 à 4 jours ferait passer le temps de travail des travailleurs de 40 à 32 heures (quatre journées de huit heures) ou 30 heures par semaine (cinq fois huit heures).

La raison principale est simple : améliorer la productivité des travailleurs et leur permettre de consacrer plus de temps à leur famille.

 

Des exemples existent déjà.

Attention, il s’agit ici d’une volonté de revoir en profondeur le système mais cette réforme n’est pas inscrite dans le programme gouvernemental actuel. Sanna Marin s’inspire de son voisin suédois. En 2015, ce système a déjà été testé dans plusieurs entreprises de Göteborg.

Certains travailleurs d’une maison de retraite sont passés de 40 à 30 heures par semaine sans perdre un seul euro. Et selon les résultats publiés en 2017, le bilan est plutôt positif. On remarque notamment :

  • Une hausse de la productivité

  • Une augmentation de la motivation des salariés

  • Une diminution du nombre d’erreurs

  • Une baisse conséquente des cas de burn-out

Même son de cloche du côté du pays du soleil levant. Microsoft Japon a tenté la même expérience en instaurant un week-end de trois jours. Là aussi, la productivité des employés a augmenté de 40 %.

 

Et la Belgique dans tout ça ?

Quelques communes : Anderlecht, Saint-Josse ou encore Charleroi ainsi que quelques entreprises tentent le coup.  « L’objectif est triple », explique Fabrice Cumps, échevin PS des Finances à Anderlecht à la RTBF. « D’une part, permettre un aménagement des fins de carrière. Un autre objectif était de créer de l’emploi. On a décidé de faire une embauche compensatoire intégrale. Ce sont des profils plus jeunes qui ont été recrutés. Enfin, l’idée était aussi d’améliorer le rendement des travailleurs. En travaillant 4 jours au lieu de 5, ils sont plus motivés « .

Du côté du privé, on est un peu plus frileux comme l’explique Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’Union wallonne des entreprises.  « Nous sommes en Wallonie dans une région économiquement pauvre et en devant aller chercher le cinquième jour de chaque collaborateur qui passerait à 4/5 temps dans les demandeurs d’emploi, on diminue les capacités d’augmenter le nombre réel d’heures prestées au total. On resterait donc à 80 % de la moyenne européenne du PIB et donc on resterait une région pauvre. Ça poserait un réel problème en termes de capacité d’augmentation de la productivité « .

Même s le projet de réforme a été abandonné en Finlande, le débat reste ouvert. Et vous, vous êtes pour ou contre la semaine de travail de 4 jours ?