Vivre de sa passion avec Dominique Monami

Vivre de sa passion ? #2 Sportive de haut niveau avec Dominique Monami

« Vivre de sa passion » est une série d’interviews sous forme de capsules vidéos.

 

Rencontre avec l’ex-joueuse de tennis professionnelle, actuellement spécialiste en coaching mental, Dominique Monami. Elle nous raconte ses passions et les épreuves surmontées tout au long de sa carrière. Une interview exclusive, plein de bon sens et de conseils !

Vivre de sa passion avec Dominique Monami

Je suis Dominique Monami et je suis championne olympique, j’ai eu une médaille de bronze aux Jeux Olympiques à Sydney en 2000 et j’ai été la première joueuse belge à entrer dans le top 10 mondial puisque j’ai été numéro 9.

 

Après cette première passion, j’ai découvert le coaching. J’ai donc deux passions à l’heure actuelle. Le tennis, je l’ai découvert à un très jeune âge, puisque mes parents et ma sœur y jouaient. Et puis je regardais, très petite déjà, Roland Garros et Wimbledon, j’étais une grande fan de Chris Evert Lloyd. Je voulais un jour, comme elle, devenir une championne de tennis. Pas forcément être numéro 1 mondial, mais c’est là que je me suis rendu compte que le tennis était vraiment ma passion que j’avais envie d’en faire mon métier !

 

Une passion peut-elle être un travail ? À partir du moment où on prend du plaisir, on n’a pas la sensation de vraiment devoir travailler, oui ! Évidemment il y a des jours, il faut le reconnaître, c’est plus compliqué. Ce n’est pas tous les jours qu’on se lève le matin et qu’on se dit « oh chouette, génial je vais jouer au tennis ». Il y a des périodes qui sont aussi très compliquées parce qu’on n’est pas tout le temps bien classé. Mais le fait de prendre du plaisir dans ce qu’on fait, c’est un petit peu le feu qui va rester présent. Une fois que le plaisir disparaît, malheureusement, même si on reste passionné, on souhaite arrêter.

 

J’ai surtout perdu la notion du « plaisir de jouer » à la fin de ma carrière. C’est là que ma passion s’est transformée en travail.

 

Ça devient un effort au quotidien, surtout le moment où on se dit « je dois faire mais bagages ». On est parti environ 45 semaines par an. A ce moment, je sentais de plus en plus que ma famille me manquait, je pense qu’il y a des signes qui sont bien présents. C’est là où c’est intéressant de se poser les bonnes questions et de voir si ça a encore du sens de continuer.

 

Pour moi, à la fin de ma carrière, le sens n’y était plus. C’est pour ça que j’ai préféré arrêter. Jouer au tennis, c’est quelque chose que j’ai aimé faire depuis toute petite, le sens d’être une championne était là. Et puis, une fois qu’on est dans l’engrenage, on essaie toujours de s’améliorer avec des objectifs qui sont de vrais challenges mais qui sont réalistes car, pendant une carrière sportive, ce n’est pas toujours évident de tous les atteindre.

 

Je me dis parfois : « atteindre ses objectifs c’est déjà extraordinaire ». Je pense être compétitive de nature, le fait de gagner continue à stimuler ce sentiment, comme le dépassement de soi et le fait de s’améliorer. Je ne visais pas la perfection même si j’étais perfectionniste, je pense que j’allais plutôt vers l’excellence.

 

Cela m’a poussé à exceller dans mon métier et à essayer d’augmenter mon potentiel, de devenir la meilleure à tous les niveaux. C’est ce que j’ai réussi à faire personnellement, car j’ai été meilleure que ce que je pensais que ce dont j’étais capable.

 

Le coaching, je l’ai découvert très vite. Dans un premier temps parce que j’ai toujours été coaché dans ma carrière sportive, j’ai forcément toujours vu le coach comme quelque chose d’utile. Ce n’est pas quelqu’un qui est uniquement là quand il y a des problèmes, mais pour accompagner dans les épreuves.

 

De l’aspect sportif du coaching, je suis passée au monde de l’entreprise, mais toujours avec l’idée de faire du coaching mental pour sportifs de haut niveau. C’était pour moi une voie tout à fait naturelle où je prends énormément de plaisir. Je vois grandir les personnes que je coach, en entreprise ou les sportifs de haut niveau.

« Prenez du plaisir dans ce que vous faites parce qu’on a qu’une vie alors autant en profiter ! Et si vous n’aimez plus ce que vous faites, alors partez à la recherche de quelque chose qui vous donne à nouveau cette notion de plaisir »

Je suis spécialisée dans tout ce qui est gestion d’énergie, et trouver le bon équilibre tout au long de la journée. Je ne coach pas les personnes sur la performance car je sais que tout le monde n’est pas forcément performant. Et de temps en temps, ça crée une certaine barrière. Par contre, arriver à bien gérer et à avoir un bon équilibre, ce sont des éléments qui m’ont aidé dans ma carrière à atteindre les sommets mondiaux.

 

On ne parle pas de « work/life balance », c’est plutôt « comment intégrer personnellement sa vie professionnelle dans sa vie privée » ou vice versa et arriver à trouver le bon équilibre. A ce moment-là, la bonne énergie permet de se sentir bien des deux côtés.

 

Je suis indépendante à la base, je le suis depuis que je suis devenue joueuse de tennis professionnelle. J’ai ce côté indépendant mais j’adore travailler en équipe.  Tout le temps toute seule, ça peut être aussi un peu triste. Même un sportif de haut niveau s’entoure d’une équipe, et donc la dynamique d’équipe est aussi très importante.

 

Je me suis ensuite associé à la société qui s’appelle Better Minds At Work qui travail sur l’aspect de la psychologie positive et la gestion de l’énergie à travers le cerveau. C’est en trouvant ces outils que nous pouvons garder une bonne énergie et éviter les épuisements.

 

Mettre du sens dans mon métier, c’est pour cette raison que je le fais déjà depuis plus de 15 ans. Voir les personnes s’épanouir grâce à des sessions de coaching et qui ressortent, d’un point de vue individuel, avec des choses concrètes (une réflexion ou une prise de conscience).  Cela va permettre de faire un premier travail.

 

Mon but est de faire évoluer positivement les gens en leur donnant des outils pratiques qu’ils peuvent utiliser dans leur quotidien professionnel ou privé afin de retrouver un peu d’équilibre.