avenir des RH

Digital marketing : le top des métiers qui sont recherchés

Saviez-vous que pour la première fois, en 2017 aux États-Unis, les budgets affectés au digital marketing ont dépassé ceux du marketing traditionnel ? Aujourd’hui, tous pays confondus, ce sont plus de 45 % des budgets de communication qui sont dépensés sur le web au sens  large du terme.

La pandémie de la COVID-19 n’a fait qu’accélérer ce basculement vers le tout-digital à coups de confinements et de télétravail. Et les habitudes sont prises : les jeunes Européens de 15 à 24 ans passent en moyenne 4 heures 23 minutes par jour connectés (c’est plus de 7 heures aux États-Unis), tandis que le nombre de livraisons à domicile est passé de 3 à 10,2 millions sur les 6 derniers mois en Belgique.

Marketing digital - le top des métiers qui recrutent en 2021

Un secteur digital en plein essor, donc, et qui peine parfois à recruter à des postes clés. C’est aussi parce que, dans une industrie dont le moteur principal est l’innovation, tout va très vite et les dénominations de poste sont parfois floues. 

Que vous arriviez sur le marché de l’emploi ou que vous vous posiez des questions sur votre avenir, voici les métiers du digital marketing qui ont le plus d’avenir, même si bien souvent, dans ce secteur tout va tellement vite que « parler du lendemain », c’est faire appel à de vieux souvenirs.

Quelles sont les tendances du secteur ? 

Sans surprise, la transformation digitale est LE sujet le plus important pour les entreprises. Tous les départements de l’entreprise s’y mettent et, avec l’avènement du travail collaboratif porté par des outils toujours plus performants, les professionnels du marketing et de la communication sont sollicités de toute part. Et tant mieux pour eux ! 

Autres tendances, celle-ci émanant des candidats : le souhait d’un mode de travail plus flexible. Encouragés par la mise en place du travail à distance, les professionnels du marketing et de la communication revendiquent des horaires plus souples, un accès généralisé aux outils collaboratifs qu’ils maîtrisent assez bien et, pour 76 % d’entre eux, un télétravail à 100 %. 

And the winner is

Sur le podium des métiers les plus recherchés, nous retrouvons cette année : 

Les traffic managers : ils sont la pierre angulaire de toute exécution d’une stratégie digitale. Facebook Ads, Google Ads, Native Advertising : c’est à eux que l’on s’adresse pour rediriger du trafic qualifié vers un site web ou une landing page, par exemple. L’explosion du e-commerce en 2020/2021 n’est pas sans effet sur la demande accrue en traffic managers qualifiés.

Les community managers/social media managers : cette année, les métiers de la communication sont à l’honneur. Aisni, les CM, comme on les appelle souvent, ont la lourde responsabilité d’animer et de produire du contenu pour les comptes Instagram, Facebook ou Tik Tok de leur marque. Ils doivent même parfois réinventer leur métier en se mettant dans la peau d’un youtubeur ou d’un streamer pour porter haut les valeurs de leur entreprise sur toutes les plateformes sociales. Tempéraments introvertis s’abstenir.

Le UX/UI designer : c’est la personne qui fait en sorte que votre parcours d’achat sur Internet soit le plus fluide possible. L’expérience utilisateur est devenue cruciale pour les entreprises étant donné que tout se fait depuis un mobile ou un PC. Un bouton mal positionné, une fiche produit qui met trop de temps à s’afficher, et ce sont des milliers d’euros de chiffre d’affaires de perdus à la fin du mois.

Le UX designer travaille main dans la main avec les développeurs, programmeurs et testeurs. Il a souvent un profil technique, c’est parfois un ancien développeur doté d’une sensibilité client plus exacerbée.

Mention spéciale du jury pour le product manager : dans un monde porté par la nouveauté et l’innovation, il y a toujours de nombreux projets à lancer, surtout avec le retard pris en 2020 à cause de la pandémie. C’est le poste le moins digitalisé de tous, puisqu’il garde un pied dans le monde physique : on y parle encore de positionnement, de profondeur de gamme,  d’études de marché, de early-adopters et de late-comers

Mais sans oublier…

Il ne serait pas juste de se cantonner à l’évocation des quatre postes les plus convoités. Voici les prétendants au titre pour 2022. 

Growth hacker 

C’est un spécialiste du webmarketing dont la mission est de développer la croissance de l’entreprise en augmentant le nombre de visiteurs qualifiés sur un dispositif marketing et d’accroître rapidement la rentabilité de celui-ci. 

Les principales missions d’un growth hacker consistent en l’acquisition de leads, l’activation, la rétention, l’engagement et la monétisation.

Côté compétences, le growth hacker est un expert en référencement web, mais il doit aussi s’y connaître en social media et inbound marketing (stratégie de contenu) pour proposer de véritables stratégies et non pas de simples tactiques à son équipe.

Brand content manager

Les consommateurs sont fatigués de la publicité traditionnelle – des pop-ups et autres bannières. On parle même de  « ad fatigue » pour décrire ce phénomène Le contenu de qualité, divertissant ou informatif, est un des nouveaux  ressorts des stratégies marketing modernes. Il faut intéresser et séduire pour mieux vendre, un peu comme dans le monde physique mais avec des vidéos, des podcasts ou des stories Instagram ! 

Et le chef d’orchestre de tout ce processus de conception/création/publication/amplification n’est autre que le brand content manager. Que ce soit en agence ou chez l’annonceur, c’est lui qui est chargé.e de trouver le bon angle d’attaque en fonction des formats et des plateformes de diffusion. 

Le profil type du brand content manager est un boulimique de pop culture, de musique et de littérature, une vraie éponge à sensations qui sait humer l’air du temps et s’en inspirer dans son travail quotidien. 

Data scientist

Le « geek » de l’équipe marketing, celui qui a réponse à tout et qui en apporte la preuve irréfutable tirée d’une base de données dont lui seul connaît l’existence. 

Le data scientist se concentre uniquement sur les données, leur récolte et leurs analyses diverses et variées. De telle sorte qu’à l’heure ou chaque clic est comptabilisable, il intervient donc en amont de la sphère décisionnelle à laquelle il fournit un certain nombre de recommandations.

Digital PR manager

C’est le chargé des relations presse 2.0 ! Sa mission est de développer les relations entre partenaires, clients ou concurrents sur un même écosystème. Il est le garant de ce qui se dit — si possible en bien — sur la toile au sujet de son entreprise. 

En relations directes avec les blogueurs, influenceurs et journalistes, il doit obtenir un maximum de visibilité (articles, stories, placements de produit ou même « backlinks ») pour améliorer la notoriété de sa marque ou de ses produits sur le web et les réseaux sociaux.