avenir des RH

Ingénieurs : les métiers les plus recherchés en 2021

Les ingénieurs font des envieux ! Une étude réalisée par Randstad positionne le métier d’ingénieur comme la profession la plus attractive en Belgique. En effet, plus de 62 % des personnes interrogées recommanderaient ce métier à leurs enfants ou à leurs amis !  

Métiers

Et en 2021, malgré une conjoncture économique dégradée, le marché de l’emploi ne leur donne pas tort. Les ingénieurs sont toujours très demandés. Sans aller jusqu’à faire la fine bouche, les profils techniques sont en mesure de faire valoir leur rareté sur le marché du travail cette année encore.

Quels sont les profils d’ingénieurs et les spécialisations les plus recherchés en 2021 et quels sont les nouveaux enjeux auxquels répondent les profils techniques au sein d’une entreprise ? 

C’est quoi, être ingénieur en 2021 ?

La première chose que demandera un recruteur à un ingénieur en génie civil lors d’un entretien ne sera sûrement pas de réaliser un calcul de vitesse d’écoulement des eaux de pluie sur une toiture en verre inclinée à 25°. Mais ça pourrait bien être : « Pouvez-vous me citer un exemple de situation difficile dans laquelle vous avez géré votre équipe avec succès ? »

Eh oui, les compétences techniques passent désormais au second plan.  Elles ne sont qu’un prérequis pour travailler dans un secteur ou une entreprise. Ce sont désormais les compétences comportementales — ou soft skills — qui font la différence. Empathie, créativité, bienveillance, gestion du stress, curiosité… sont autant de qualités qui intéressent les recruteurs, quelle que soit la fonction convoitée.

Les métiers d’ingénieurs les plus recherchés en 2021

La lame de fond qui a tout chamboulé, c’est le numérique : les technologies du digital ont considérablement modifié le quotidien des ingénieurs. Quel que soit le poste à pourvoir, une forte appétence pour les technologies en lien avec la collecte et l’analyse de données (Big Data) ainsi qu’une compréhension, même basique, des enjeux de l’intelligence artificielle sont fortement recommandées. N’hésitez pas à les mettre en valeur sur votre CV ou pendant un entretien. 

Le top du top : Ingénieur Recherche et Développement

Dans un monde où tout reste à faire et à refaire — ou à reconstruire, c’est selon —, l’expert en R&D est une carte maîtresse dans une entreprise. Avec le développement et la démocratisation des outils informatiques de conception, la demande d’ingénieurs R&D ne fait qu’augmenter. Une « bonne idée » est beaucoup plus facile à prototyper, tester et commercialiser !

En France et en Belgique, les départements R&D sont à l’origine de 35 % des offres d’emploi et les candidats sont quasiment tous passés par la case « bureau d’étude ».

Soft skills à travailler : rigueur, créativité et grain de folie !

Salaire médian après trois ans d’expérience : 4 730 € par mois.

Responsable de la maintenance industrielle

Les managers de maintenance sont de plus en plus demandés en Belgique. À la tête d’une équipe de techniciens, vous supervisez les activités de maintenance de l’entreprise en vous assurant de l’efficacité constante de l’appareil de production.

Avec la crise de la Covid, les responsables de maintenance ont pris du galon et leur sens de l’adaptation a été mis à rude épreuve, car leurs équipes doivent également répondre à de nouvelles exigences en termes d’hygiène et de sécurité, comme les protocoles de désinfection qui créent des temps de latence et ralentissent les cadences de production ou de livraison. 

Soft skills à travailler : manager une équipe, adaptabilité.

Salaire médian après trois ans d’expérience : 3 800 € par mois.

Design Engineer 

Également appelé « Ingénieur de conception », le rôle du Design Engineer est de concevoir de nouvelles pièces ou de nouvelles machines pour améliorer le processus de production de l’entreprise. En étroite collaboration avec le département R&D ou parfois intégré en son sein, c’est vous et votre équipe qui rendez les choses possibles !

Vous serez jugé.e sur votre capacité à comprendre des concepts techniques et à les concrétiser au sein d’un projet. Une (très) bonne connaissance des outils de conception assistée par ordinateur est recommandée.

Soft skills à travailler : réalisme, capacité à fédérer une équipe.

Salaire médian après trois ans d’expérience : 3 800 € par mois.

Ingénieur IT

Et bien sûr, il existe toujours une forte demande pour les ingénieurs en informatique. Pour les jeunes diplômés nés avec un smartphone dans une main et une souris dans l’autre, le secteur IT ouvre un large panel de métiers et de spécialisations. 

Développeur, IT Architect, CTO ou Responsable Cloud, de nombreux postes à responsabilités sont accessibles en quelques années seulement. La capacité à appréhender une nouvelle technologie (IA, Big Data…) en la considérant comme l’élément d’un nouveau paradigme techno est une compétence clé dans un monde où tout s’accélère.

Soft skills à travailler : savoir se remettre en cause, travailler en équipe.

Salaire variable selon l’expérience et la valorisation du parcours.

L’ingénieur commercial

Très demandés dans les domaines  techniques (automatisation, matériel industriel), les ingénieurs commerciaux jouent sur leur double compétence : comprendre les attentes d’un client et mettre en place une stratégie de développement produit qui y répond correctement.  

Ils sont également chargés de la prévision et du suivi de leurs ventes. La plupart d’entre eux sont des ingénieurs qui ont musclé leur profil technique d’une double formation en marketing/ventes. L’inverse est plus rare. Il n’est pas rare de les voir accéder à des postes de direction au bout de six à dix ans d’expérience.

Soft skills à travailler : pédagogie, empathie, savoir cerner un besoin.

Salaire médian après 3 ans d’expérience : 4 300 € par mois.