avenir des RH

Mad skills et recrutement : une folie contagieuse !

Vous vous êtes toujours senti à côté de la plaque, en dehors des clous, pas tout à fait capable de rentrer dans le moule ? On vous dit souvent que votre profil n’est pas « classique », on vous interroge sur l’incohérence supposée de vos expériences professionnelles ? 

Bonne nouvelle : il y a peut-être un moyen de valoriser votre parcours ou votre profil atypique et d’en faire des atouts auprès des recruteurs. Les mad skills, ces compétences ou savoir-faire hors du commun, sont de plus en plus recherchées par les entreprises pour apporter du sang neuf, de l’innovation et de la mixité au sein de leurs équipes. 

Si vous pensiez que le monde du travail allait finir par vous rendre fou, peut-être aviez-vous raison depuis le début ! 

Que sont les mad skills

Des compétences « folles », ou plutôt des savoir-faire acquis au gré des expériences, d’une pratique sportive, créative ou d’une passion qui vous dévore depuis tout petit. 

Les mad skills ont deux caractéristiques : elles sont hors du commun et elles sont non conformistes, c’est-à-dire qu’elles s’éloignent de la norme. Cette tendance venue tout droit de la Silicon Valley séduit certains recruteurs. Le principe est simple : un hobby, un loisir ou des centres d’intérêt peuvent dévoiler des talents cachés dont l’entreprise a besoin. 

Par exemple, avoir fait de la batterie dans un groupe de rock pendant dix ans peut avoir développé des aptitudes telles qu’une écriture plus fluide et rythmée, une créativité à toute épreuve ou encore une qualité d’écoute importante. Pareil pour ceux qui pratiquent le tennis ou l’escalade : sans vous en rendre compte, vous possédez sans nul doute des capacités d’anticipation supérieures à la moyenne.

Pourquoi cultiver ses mad skills

Essayez de vous mettre à la place des entreprises : une mad skill est une compétence qui ne s’apprend pas à l’école, c’est ce qui en fait un atout précieux pour n’importe quelle organisation. Dans un univers professionnel ultraformaté, c’est aussi un moyen de donner du piquant et du relief à ses équipes. 

Pour Jean-Yves Matz, consultant et enseignant RH : « À l’ère de la transformation numérique et des nouvelles organisations, ce type de profil amène une certaine fraîcheur au sein des entreprises ; elles ont besoin de ce type de salariés qui sortent du cadre conventionnel. Pour penser “out of the box” [hors des sentiers battus, pourrait-on traduire], il faut avoir des ressources hors du commun ».

Comment mettre ses mad skills en valeur ?

Sur votre CV tout d’abord, en osant mettre en avant certaines expériences et activités que vous auriez été tenté d’occulter auparavant. 

En entretien ensuite, en posant les questions qui comptent vraiment pour vous et pas celles auxquelles s’attend le recruteur. Ne cherchez pas à choquer votre interlocuteur, mais au contraire à modeler un discours cohérent qui laisse entrevoir une petite part de folie. 

Expliquez donc en quoi votre mad skill vous a permis de développer une capacité d’innovation bien plus importante que celles des profils classiques, faites le lien avec les besoins en innovation du marché de l’entreprise pour laquelle vous postulez, expliquez comment vous allez les aider à résoudre des problèmes complexes…

Et, soyons clairs : tout le monde ne possède pas de mad skills. Alors ne commettez pas l’erreur de vous inventer une vie qui n’est pas la vôtre… vous risqueriez alors de vraiment passer pour un fou ! 

Les mad skills les plus prisées par les entreprises 

Redescendons un peu sur Terre. Être un champion du monde de jokari ne vous permettra jamais de décrocher un job à coup sûr. Il se pourrait aussi que les mad skills ne soient qu’un énième concept à la mode dans le monde des RH. Au mieux, c’est un signe révélateur d’une recherche de plus de mixité et de diversité au sein des équipes. Parmi les qualités originales les plus prisées par les entreprises, on retrouve surtout :

– un altruisme surdimensionné ;

– la capacité à se tromper et à rebondir ;

– la capacité à bien réagir dans l’urgence en situation de stress. 

Au final, rien de bien foufou, sinon des qualités humaines exacerbées. Attention, donc, à ne pas tomber dans le piège qui consisterait à tout miser — comme au poker —- sur cette super-compétence en pensant qu’elle fera la différence en entretien ou sur votre CV. Quelqu’un d’original, oui, mais pas un clown d’open-space

Folie contagieuse

Notre conseil pour conclure : mettez en avant vos compétences transférables. Cherchez tout ce que vous avez appris et maîtrisé jusque-là et que vous pourrez apporter à l’entreprise, y compris dans un nouveau domaine d’activité. C’est ce qu’on appelle les compétences transversales et transférables. Démontrer que vous ne partirez pas totalement de zéro : c’est peut-être cela, votre talent caché !